Explore

Venise

Pour allier vacances de distraction et relax en plongeant dans l’art et dans les beautés historiques de l’Italie, vous pouvez visiter Venise, ville magique, à quelques pas des plages dorées de Jesolo.
Cette île splendide est un petit bijou serti dans la Lagune, et est constellée d’anciens palais, de précieuses églises et de basiliques avec leurs imposants clochers… une ville unique toute à découvrir! Il est émouvant de se promener dans les suggestives « calli » (ruelles) qui mènent aux gracieuses « campielli » (petites places à Venise), traverser certains des 400 ponts et voir le reflet des majestueux édifices sur les eaux émeraude des canaux, ou entrer dans les typiques magasins d’antiquité, de soies élégantes ou de bijoux en verre de Murano pour faire du shopping.Ses « quartiers » sont appelés sestrieri et sont six en tout: Cannareggio au nord, Castello à l’est, San Marco au sud, Dorsoduro au sud-ouest, Santa Croce et San Polo au centre.

Signes Historiques

La fondation de Venise remonte à 421 après J.C., lorsque les premières populations en fuite des invasions barbares s’installèrent dans les petites îles désertes de la lagune.
La première des îles lagunaires à être habitée fut la petite île de Torcello, où l’on peut encore aujourd’hui visiter la magnifique Cathédrale de 639 après J.C.
L’époque de richesse et de prospérité commença en 726 avec l’élection du premier doge de la Sérénissime république de Venise : c’est à cette période que furent construites la Basilique de San Marco et le Palais Ducal.
C’est à partir de 1200, avec la 4e Croisade, que Venise devint la puissance maritime la plus importante de toute la Méditerranée. Elle se heurta plusieurs fois avec les autres Républiques Maritimes, en particulier avec Gênes, et selon la tradition, ce fut pendant une bataille avec celle-ci que les Vénitiens adoptèrent le Lion de Saint-Marc, désormais symbole de Venise sur ses étendards à la place de la croix.
Entre le XIVe et XVe, commença par contre son expansion vers la terre ferme en conquérant une grande partie de la Vénétie, du Frioul, de Brescia et de Bergame, pour atteindre au Seizième siècle le maximum de sa puissance et de sa richesse.
Ce fut un ensemble de facteurs à déterminer le début de la décadence de la Sérénissime république de Venise: l’invasion des troupes autrichiennes, alliées avec le Pape, l’assaut des Turcs aux dominations orientales et la déviation des trafics commerciaux de la Mer Méditerranée vers l’Atlantique, due à la découverte de l’Amérique.
Un autre coup dur pour la ville et pour toute Europe fut la terrible épidémie de peste, qui se termina seulement après des années. Pour célébrer la fin de la contagion, une église votive du Rédempteur fut construite et, encore aujourd’hui, on fête en Juillet la fête du Rédempteur.
Le XVIIe siècle ne fut pas moins difficile, entre les attaques continues des Ottomans et une nouvelle vague d’épidémie de peste en 1630. Dans ce cas aussi, la fête de la Vierge de la Santé, qui tombe le 21 Novembre, est dédiée au terme de la contagion.
Une effervescence intellectuelle caractérisa par contre le dix-huitième siècle, avec l’émergence de grands artistes de tous les arts, parmi lesquels Carlo Goldoni pour la littérature, Vivaldi pour la musique, Tiepolo et Canaletto pour la peinture.
C’est ce siècle qui est à l’origine du Carnaval, la fête de la transgression et du déguisement par excellence qu’on célèbre encore aujourd’hui.
Avec l’arrivée de Napoléon Bonaparte, le Grand Conseil fut forcé de décréter en 1797 la fin de la République et la constitution d’un gouvernement provisoire. Venise dut donc se rendre et céder une grande partie de ses trésors à la France.
Au dix-neuvième siècle, la ville fut donc dominée d’abord par les Français ou puis par les Autrichiens jusqu’en 1866, lorsque Venise fut annexée au Royaume d’Italie avec la troisième guerre d’indépendance.

×